thumb-1920-6205.jpg

 

                                                     Bonne nuit les amies,

                      Je vous raconte la suite de la poésie de Vitor Hugo d'hier soir,

 

                                   - Ce qu'on entend sur la montagne -

 

Bientôt je distinguai, confuses et voilées,

Deux voix , dans cette voix l'une à l'autre mêlées;

De la terre et des mers s'épanchent jusqu'au ciel,

Qui chantaient à la fois le chant universel,

Et je distinguai dans la rumeur profonde,

Comme on voit deux courants  qui se croisent sous l'onde .

thumb-1920-583149.jpg

L'une venait des mers,chant de gloire  ! hymne heureux !

C'était la voix des flots  qui se parlaient entre eux,

L'autre,  qui s'élevait de la terre où nous sommes,

Etait triste, c'était le murmure des hommes,

Et dans ce grand concert, qui chantait jour et nuit,

Chaque onde avait sa voix  et chaque homme son fruit .

0_75c4b_a88d20b4_XL.jpg

Or, comme je l'ai dit, l'océan magnifique,

Epandait une voix  joyeuse et pacifique,

CDhantait comme la harpe  aux temples de Sion.

Et louait la beauté de la création

 Sa clameur , qu'emportaient la brise et la rafale,

 Incessamment vers Dieu  montait plus triomphale ,

0_75c44_a1540894_XL.jpg

Et chacun de ses flots  que Dieu seul peut dompter,

 Quand l'autre avait fini , se levait pour chanter,

Comme ce grand lion  dont Daniel fut l'hôte ,

 L'océan par moments  abaissait sa voix haute,

 Et moi je croyais voir , vers le couchant en feu,

 Sous sa crinière d'or  passer la main de Dieu.

Coucher de soleil

Cependant, à côté de l'auguste fanfare,

l'autre voix  , comme un cri de coursier qui s'éffare,

 Comme le gong rouillé d'une porte d'enfer,

Comme l'archet d'Airain sur la lyre de fer,

Grainçait,  et pleurs, et cris, l'injure,l'anathème,

Refus du viatique  et refus du baptême ,

La malédiction , et blasphème , et clameur,

Fichier:Coucher de soleil sur la mer.jpg

dans le flot tournoyant de l'humaine rumeur,

Passaient,  comme le soir on voit dans les vallées ,

 De noirs oiseaux  qui s'en vont par volées

Qu'était-ce bruit  dont mille éclos vibraient,?

Hélàs ! c'était la terre  et l'homme qui pleuraient .

 

Frère !  de ces deux voix étranges , inouies,

Sans cesse renaissant , sans cesse évanouies,

 Qu'écoute l'Eternel durant l'éternité .

L'une disait : NATURE ! et l'autre : HUMANITE !

0_75c48_34c8cca5_XL.jpg

Alors je méditai; car mon esprit fidèle,

Hélàs,   !  n'avait jamais déployé plus grande aile ;

Dans mon ombre jamais n'avait  lui tant de jour,

Et je rêvai longtemps , contemplant tour à tour ,

Après l'abîme obscur que ma cachait la dame ,

L'autre abîme  sans fond  qui s'ouvrait dans mon âme ,

0_23a51_bcbd3a88_XL.jpg

 Et je me demandai pourquoi l'on est ici,

Quel peut-être  après tout le but de tout ceci,

 Que fait l'âme , lequel vaut mieux d'être ou de vivre ,

 ET pourquoi le Seigneur , qui seul lit à son livre,

Mêle éternellement  dans un fatal hymen

Le chant de la nature  au cri du genre humain ?

                                            Victor Hugo en 1829.

0_23a54_60763b0d_XL.jpg

Coucou du soir les amies, et bonne nuit a toutes,

Il a fait chaud, j'ai pu faire le temps de l'ombre du matin et le vent,  ma grille, mais j'ai plu de peinture, donc j'attendrais de finir ensuite quand j'irai en chercher,

Je suis allée au jardin, j'ai fait mes tomates,  effeuillages et arrosage , le maintien des tiges avec des liens, puis j'ai  rempli mes citernes d'eau avec ma pompe et l'eau du puit, maes deux citernes sont pleines, je peux arroser les tomates sans peine,  juste a côté de la serre,

 autrement j'ai enlevé un peu d'herbe mais faisait trop chaud, donc je suis remonté, Charly s'amusait avec un lézard,  la pauvre bête, il lui a coup^é sa queue,  le lézard a filé sous les pierres sans sa queue, mais bon on sais qu'il ne souffre pas elle va vite repousser, mais ça fait drôle de voir le bout par terre qui bouge beaucoup, je suis remonter, je voulait pas voir ça, les lézards sont mes copains,  et je leur parle soir et matin même en journée, je les cherche quand ils ne sont pas là, et je les appellent ,  j'aime bien les voirs bronzer au soleil, 

           Je vous souhaite une bonne soirée, plein de douceur, a vous toutes,

                           Gros bisous, Orléanie

0_6c0fe_625105d9_XL.jpg

120966488_lavandafoto111e1425555874141.jpg

C'est dans ce coin de lavande en Provence que j'ai crue voir ou apercevoir Denise et Monique,

120966501_lavandafoto113e1425555974733.jpg

120966389_lavandafoto107e1425555670883.jpg