SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

                                            Le conte de la petite fille  qu'on appelait toujours " ma grande " ,

 

 Il était une fois une petite fille  qui avait grandi trop vite , trop rapidement .

 Non seulement  dans son corps , dans ses jambes , dans ses bras,  mais dans tout le reste .

 A huit ans , on lui demandait d'être serviable , attentive, raisonnable .

 __  De ne pas se plaindre , de ne pas se mettre en colère , de ne pas faire de caprices,  de ne pas avoir d'exigences .

 D'être grande , quoi  !

 Ne croyez pas  que ces parents étaient des bourgeois . Oh non , ils lui demandaient simplement :

__ Fais-nous plaisir . Seulement cela , on ne te demande rien d'autre que d'être gentille , que d'être obaissante  ... ce n'est pas difficile  , ça  !

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 Comme cette petite fille  n'avais jamais oser demander quelque chose , elle n'était jamais déçue .  Elle ne savait pas si elle était heureuse ou pas .

 Elle n'avait pas de désir propre , elle était sans attente , c'était les autres qui avaient des attentes à son égard, et son plaisir a elle ...  était de faire plaisir ... aux autres  !

Du moins l'imaginait-elle  . Quelque chose cependant  aurait dù  l'alerter , car les autres ne témoignaient pas beaucoup du plaisir  qu'ils avaient à ce qu'elle soit  " comme elle devait être " . Pour eux, cela allait de soi .

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 Pour être tout à fait juste , je dois dire que quelquefois , le soir  juste avant de s'endormir , quand elle suçait son pouce , le drap sous le nez , les yeux ouverts dans le noir , un sentiment d'injustice l'effleurait  de son aile noire  . Oh ... à peine  !

 Elle imaginait aussi  qu'il y avait un pays ou les petites filles  pouvaient être petites longtemps , longtemps  . Un pays ou les parents  écoutaient les désirs des enfants , même s'il ne les réalisaient pas toujours . Un pays où les enfants  pouvaient jouer à être grands , mais seulement jouer ... à être grands !

 Certains soirs , elle imaginait  qu'elle partait pour ce pays , avec un grand sac  et qu'elle l'emplissaient de rêves , de jeux,  de rires  et aussi de sanglots .

 Car vous l'avez deviné , cette petite fille ne pleurait pas du tout ...  " puisqu'elle devait être grande " .

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 La suite de l'histoire est étonnante .

 Il faudra que cette petite fille attende  d'avoir 40 ans  pour oser devenir petite , pour oser avoir des désirs impossibles , pour oser pleurer et rire , pour oser danser et même faire des bêtises  .

 Elle avait déjà à l'époque des enfants  et un jour sa propre fille lui demanda :

__ C'est vrai , maman,  que tu n'a jamais pu être petite  quand tu étais petite ?

__ C'est vrai, j'ai vécu  comme si je n'avais jamais eu  ni le temps , ni l'idée , ni la possibilité  d'être petite . Oui, très tôt , lui dit-elle , je suis devenue grande . C'est seulement aujourd'hui  que je comprends .

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 Tout s'est passé  comme si mes propres parents n'avaient pas eu le temps de grandir , quand ils étaient enfants , et que moi  je devais être grande pour eux ...

Il arrive parfois à des petites filles d'attendre longtemps , longtemps pour oser être enfin petites ...

                                Jacques Salomé

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 Cette histoire fut un peu la mienne quand j'étais petite fille, on me nommai " la grande " , Manie la grande " , l'ainée,  je devais faire  beaucoup  trop pour un enfant, je n'avais jamais le temps de finir toutes les corvées une fois sortie de l'école a 16h, il fallait faire  les lapins, les poules,  chercher la luzerne et les patenaire pour les lapins,  ranger  le bois pour la cuisinière,  vider le cendrier,  et faire les devoirs, je devais aussi aider maman a la cuisine, j'aimais faire a manger, mais souvent papa nous faisais les repas  le WE, car la semaine il rentrait tard, le matin avant d'aller à l'école, il fallait donner a manger aux poules et aux lapins,  surtout lacher les canards,  puis aller chercher  du bois a maman, elle a eu 6 filles maman très fatiguée, elle ne pouvait pas tout faire , elle allaitait ma dernière petite soeur  , qui fut la dernière d'ailleurs,  car une de plus maman y laissait sa vie,  dans ce temps là,  il n'existait pas  de pillule  ou autre, l'homme prenait son plaisir et ne se doutait pas  que sa femme pouvait tomber enceinte si facilement,   c'était comme ça, on ne se plaignaient pas, j'atais la grande, celle qui devait aider, le reste ne comptait pas,  le soir dans mon lit ou on dormait 2 au pied et 2 a la tête,  car une seule chambre pour 6 personnes, une fois ma grand-mêre , partie au paradis, une chambre de plus pour les parents, nous les filles dormaient dans la même chambre, , oui, le soir, j'enroulait  ma main dans le drap et je suçait mon pouce, je rêvait que je partait dans le ciel sur un grand papillon blanc, je m'envolait , mais ce rêve a contibuer tout le temps même marié, j'ai encore ce rêve ou je m'envole très vite,   dans le ciel,   c'est  un rêve d'évasion, de voir autre chose, de filer a l'aventure,  , oui, j'avais , enfin nous avions une vie de pauvreté mais heureuse, on manquait  de rien j'allais ramasser tout sous les arbres, on faisait des conserves,  de tous les fruits qu'il y avait, de légumes du jardin, on avait 3 grands jardins, on faisait la confiture de tout fruit ,  c'est vrai que la vie était super dure, j'aurai voulu avoir un bon métier, j'aimais soigner les animaux , mais voilà pas de rêves, il fallait bosser a 14 ans, juste derrière ma grave maladie ou je m'en suis sortie vivante,   de plus de an  malade , des poumons ,  et j'ai eu de suite un travail , on prenais le bus, et on rentrais le soir, fatiguée le travail était dure, , une vie  si dure, que je me suis endurcie dans tout je savais tout faire, , et je sais encore  tout faire,  aujourd'hui,

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

 Je vous laisse, il faut que je prépare mes artichaut pour ce soir,

                         Gros bisous de moi, Manie,  Orléanie

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

SARAH KAY ET HOLLIE HOBBIE

                                      La vie d'autrefois,