968c6243a17a_1.gif

 

                                                               Les 7 mystères passés au crible de notre cerveau ,

 Nous avons tous été confrontés à ces situations étranges , qui interpellent sur les pouvoirs et les " ratés "  de notre cerveau .

Les experts nous expliquent :

 

                                      1  )  Qu'étais-je venu chercher dans cette pièce ?

 Rares  sont ceuw qui n'ont jamais connu  ce " trou de mémoire "  .

 En réalité , il suffit souvent  de retourner dans la pièce  de départ  pour s'en souvenir , car le problème vient d'un trajet  effectué automatiquement  avec autre chose  en tête ou bien  d'une interférence  survenue dans ce laps de temps ;  Bref,  d'un manque de concentration .

Si l'on oublie ou l'on a posé ses clés,  c'est aussi parce  qu'il s'agit d'un geste automatique auquel  on ne prête pas attention .

banner.gif

                                          2 )   D'où vient cette impression de déjà - vu  ? 

 Elle concernerait  au moins sept personnes sur dix  . Rien a voir avec l'existence  de vies antérieures  !  Des neurologues pensent  qu'il s'agit d'une panne temporaire  du " système de familiarité " , autrement dit  des neurones  chargés de reconnaître  une situation comme nouvelle  .

Le docteur Bernard Croisile , chef de service  de neuropsychologie  à l'hôpital  Pierre Wertheimer de Bron , penceh plutôt  pour l'hypothèse  que nous aurions déjà vécu  certains éléments de cette situation :  " Une information sensorielle - olfactive , auditive et visuelle -  nous fait dire  " ça me rappelle quelque choses " , mais l'ensemble du souvenir  nous échappe , d'où cette sensation vague et " déjà vacu " .

 Par l'exemple , vous avez visité  en Espagne  un petit vilage  orné de cyprès  et six ans plus tard , en Grèce , vous rencontrez un paysage  comparable , mais vous ne l'asociez pas consciemment à celui vu en Espagne  ... et vous avez l'impression  d'être déjà venu  dans ce village grec ."

912df41f5c5d81feb9084327cc2a6318.jpg

                                            3 )  Où sont passés les mots que j'ai sur le bout de la langue ?

 Pas loin !  !  Souvent , on n'en a conservé des éléments : " C'est un mot court  ,  il commence par la lettre P " , etc ... .

 La mémoire  comporte trois étapes : J'apprends , je conserve et je récupère . "   La récupération  devient moins performante  au fil des ans , en partie parce que l'on a de plus en plus  d'informations stockées dans le cerveau ", rappelle  le docteur Croisile . La mémoire des noms propres  est plus fragile  parce qu'on les utilise plus rarement , qu'ils sont plus aléatoires  ( pas de synonymes )  et que l'on a beaucoup  moins de nouveaux noms  communs  à retenir .

 On a une chance  sur deux de retrouver le mot dans la minute qui suit . " Sinon il faut arrêter de chercher , conseille Bernard  Croisile , car on risque de " noyez le moteur " .

Le cerveau , lui,  va poursuivre la quête  et le mot reviendra tout à coup . "

2031321.jpg

                                                          4 )   Je le connaît , mais c'est qui  ?

 Pourquoi ne parvenons-nous pas  à  resituer cette personne ?

 Le plus banal : parce qu'il s'agit d'une rencontre  inopinée qui nous prend au dépourvu , de quelqu'un  que l'on voit très rarement  ou que l'on n'a pas vu depuis longtemps  . C'est encore plus vrai  si on le rencontre  dans un autre contexe , par exemple , quand l'on croise sa boulangère  sur son lieu de vacances  alors qu'on a l'habitude de la voir derrière son comptoir  .

Certaines personnes  sont victimes  d'un plus grand handicap : la prosopagnosie  qui les rend incapables  de reconnaître un visage  déjà croisé  . Cela concernerait  2,5 %  de la population mondiale , dont le neurologue britannique  Olivier Sacks  , qui le raconte dans << L'oeil  de l'esprit >> .

1886371.jpg

                                              5 )  Pourquoi certaines musiques nous trottent -elles dans la tête  ?

 Il suffit de quelques secondes  pour qu'une chanson entendue à la radio vous obsède toute la journée ?

 Nous ne sommes pas égaux face à ce phénomène  que les Anglais appellent " un ver d'oreille  " .

 Le docteur Nicolas  Farrugia  et ses collègues  de l'université  de Londres  ont découvert qu'il est lié  a 4 régions du cortex cérébral , impliquées dans la perception et l'imagerie  musicale  ainsi que dans la rêverie .  Plus le cortex y est  de faible épaisseur  dans deux régions déterminerait  même si l'expérience  est vécue  comme agréable ou pénible .

1914921.jpg

                                                  6 )  Comment  je sais qu'un événement va se produire avant qu'il arrive  ?

 Professeur de neuropsychologie  à l'Université  Pierre-Mendès-France  de Grenoble , Christian  Marendaz met en garde  :  << Souvent,  c'est seulement après l'événement  qu'on remarque  qu'on l'avait rêvé  ou anticipé  . mais on ne comptabilise  pas tous nos " préssentiments  "  qui ne se réalisent pas .

 Il ne suffit pas de deviner  juste à plusieurs  reprises  pour que notre intuition  relève d'autre chose que du hasard ? >>  Pour autant , que penser de tous ces gens qui,  en 1966 , on rêvé de la catastrophe d' Alberfan , au pays de Galles,  avant qu'elle  engloutisse l'école du village sous les décombres  d'un terril de charbon ?  Parmi eux , la petite Eryl , 10 ans , l'une des 144 victimes , avait raconté son cuachemar à sa mère le matin même  : " l'Ecole a disparue , quelque chose de noir l'a engloutie " .

 Scientifiquement , ce phénomène  est très difficile a vérifier ? Cependant,  nombres de chercheurs  gardent l'esprit ouvert . " Lébsence de preuves  scientifiques  n'est pas la preuve de l'absence  " , admet  le docteur Croisile  . On sait bien que l'animal  est doté d'une sorte de préscience  qui l'avertit d'un danger ( une éruption volcanique , un tsunami ) et que le chien  attend son maître au portail  bien avant  que la voiture arrive .

Pourquoi n'en irai-t-il pas de même pour certains individus ?

1945701.jpg

                                               7 )   Pourquoi ce fourire malvenu ?

  Ce sont les psychiatres , cette fois , qui répondent à l'enigme .

 Pour le docteur Serge Hefez , "  c'est une forme d'exitation qui survient , par exemple , lorsque quelque chose  de très inconvenant surgit  dans notre conscience  " .

 Moussa Nabati , psychianaliste , avance pour se part que " la fonction du rire , c'est d'amortir le tragique de l'existence .

 Un fou rire  au mauvais moment y=traduit une tension ou un stress ,  c'est une échappatoire , comme la soupape  de sécurité d'une cocotte-minute . "

gifs barres de séparation

                                    Voilà les amies, un peu ce que nous devons savoir le pourquoi, on oublie des choses, où que l'on ne se rappelle pas toujours ou sont les choses, le pourquoi du comment, notre cerveau parfois nous joue des tours, alors attendons qu'il se calme, il va   de suite se retrouver et nous faire connaître ce qu'il a trouvé,

Le cerveau, notre moteur, il est super intelligent,  et quand je perd quelque chose, je ne cherche plus,  ça vient tout seul ensuite  le cerveau cherche et nous le fait savoir ensuite, c'est un génie,

124a.gif

                      Bonne fin de journée, gros bisous a toutes, Orléanie

gifs barres de séparation

                             Demain  La dernière page de notre cerveau,

                            Comment l'optimiser .

                         Bisous,

40b7d71fca3a.gif