Nage de la sirène parmi les bancs de poissons et méduses

                                                       Les sirènes du Gers,

 Il y a des sirènes dans la mer . Il y en a aussi dans les rivières . Tout à l'heure , vous aurez la preuve  qu'on en a vu dans le Gers .

Les sirènes ont des cheveux longs et fins comme la soie , et elles se peignent avec des peignes d'or  . De la tête à la ceinture , elles ressemblent  a de belles jeunes filles  de dix-huit ans , le reste du corps  est pareil au ventre  et à la queue des poissons . Ces bêtes ont un langage à part , pour s'expliquer entre èelles , si elles ont affaire a des chrétiens , elles parlent patois ou français .

 On dit que les sirènes vivront jusqu'au jugement dernier  . Certains croeint que ces créatures n'ont pas d'âmes , mais beaucoup pensent qu'elles ont dans le corps les âmes des gens noyés en état de péché mortel . Là-dessus  je suis hors d'état  de rien décider .

Sirène et cygne sous la pluie du coucher de soleil...

Pendant le jour , les sirènes  sont condamnées a vivre  sous l'eau . On n'a jamsi pu savoir ce qu'elles y font . La nuit,  elles remontent par troupeaux , et folâtrent , en nageant , au clair de la lune , jusqu'au premier coup de l'angélus du matin . Il arrive parfois qu'elles se battent . Alors, elles s'égratignent , et se mordent , pour se sucer le sang . Au premier coup de l'angélus , elles sont forcées de rentrer sous l'eau .

 Force marinièrs,  en voyageant sur la mer , ont vu des troupeaux de sirènes  nager autour des navires . Force bateliers  en ont vu aussi dans la Garonne . Elles chantaient , tout en nageant , des chansons si belles , si belles,  que vous n'avez jamais entendu  ni n'entendrez jamais  les pareilles .

 Par bonheur, les patrons des navires  et des barques se méfient , et savent ce qu'il faut penser de ses chantueses  . Ils empoignent une barre , et tomben,t à grand tour de bras sur les jeunes mariniers  qui sont prêts à plonger pour aller trouver les sirènes .

Les sirènes et le coffre aux trésors...

 Mais les patrons ne peuvent pas toujours avoir l'oeil partout , alors,  les sirènes tompbent sur les plongeurs . Elles leur sucent la cervelle et leur sang , et leur mangent le foie , le coeur et les tripes . Les corps des pauvres noyés  deviennent autant de sirènes , jusqu'au jugement dernier .

 Et maintenant , voici la preuve qu'il y a des sirènes dans le Gers .

Assise sur le rocher, elle attend que la tempête s'éloigne

 Il y avait autrefois au hameau de la côte , tout proche de la ville de Lectoure , un jeune tisserand  si passionné , si pasionné pour la pêche , qu'on lui avait donné le surnom  de Bernard-Pêcheur ( Nom du héron en Gascogne  on l'applique parfois au Martin-Pêcheur ) .

Chaque soir , au coucher du soleil , il s'en allait tendre , dans le Gers , des filets et des lignes  de fond , qu'il levait le lendemain matin , avant la pointe de l'aube . Un soir,  au temps de la moisson , Bernard-Pêcheur  était allé poser ses filets et ses lignes de fond  en face de la métairie de Talayzac , dans la commune de Castéra-Lectourois .  Cela fait , il se dit en lui-même :  -- ma maison est loin : la Métairie de Talayzac est proche  Je connais le métayer , il me logera pour la nuit , demain , je lui ferai présent d'une carpe ou d'une anguille .

 Le métayer  fit souper Bernard-Pêcheur , et l'envoya dormir dans un bon lit . Après son premier sommeil , Bernard-Pêcheur sauta par terre , s'habilla dans l'obscurité , ouvrit la fenêtre , regarda la lune et les étoiles , et pensa :

_ Trois heures  ne sont pas loin , il s'en va le temps de lever ses filets et ses lignes de fond . Aussitôt , Bernard-Pêcheur  descendit vers la rivière , a cent pas du Gers , il entendit des cris et des rires de jeunes filles .

Les sirènes aux dauphins...

_ Au diable,   !  pensa-t-il . Les jeunes filles du Castéra  sont venus se baigner ici , elles auront épouvanté le poisson , je n'aurai pas besoin d'emprunter la jument poulinière du métayer de Talayzac pour rapporter ma prise à la maison . Bernard-Pêcheur s'approcha doucement , doucement de la rivière , en se cachant derrière les buissons , les frênes et les saules , pour bien voir les jeunes filles , sans leur donner à comprendre  qu'il était là .

Les jeunes filles peignaient , avec des peignes d'or , leurs cheveux fins comme la soie , elles nageaient, et frolâtraient  au clair de lune . Bernard-Pêcheur entendait leurs cris  et leurs rires .

_ Le diable m'emporte , pensa-t-il , si je connais aucune de ces jeunes filles , si je comprends un seul mot de ce qu'elles disent .

 La pointe de l'aube n'était pas loin , et Bernard-Pêcheur  regardait toujours , enfin une des jeunes filles l'aperçut  et cria :

_ Un homme ! un homme  !

La sirène et le vaisseau fantôme...

 Aussitôt toutes les jeunes filles se tournèrent vers Bernarc-Pêcheur :  Bernard-P^cheur, mon ami, viens, viens nager avec nous .

_ Mère de Dieu ! je suis tombé sur un troupeau de sirènes .

_ Bernard-Pêcheur , mon ami, viens , viens nager avec nous .

 Alors, les sirènes commencèrent une chanson si belle , si belle , que vous n'avez jamais entendu ni n'entendrez jamais  la pareille .  Par la vertu de cette chanson  Bernard-Pêcheur était forcé de se rapprocher de l'eau  de plus en plus  .

Les sirènes chantaient toujours .

_ Mère de Dieu, je suis tombé sur un troupeau de sirènes . Les sirènes chantaient toujours .

Bernard-Pêcheur était u bord de la rivière , il allait plonger, sans le vouloir,  quand les cloches de l'église  du Castéra  sonnèrent le premier coup de l'angélus .

Aussitôt , les sirènes finirent leur chanson  et se cachèrent sous l'eau .  Bernard-Pêcheur  tremblait comme la feuille du trèfle  sauvage . Il était pâle  comme un mort . Il leva ses filets  et ses lignes de fond , jamais le tisserand n'avait pris tant   et de si beaux poissons . Mais il n'engarda rien pour lui , et donna tout au métayer  de Talayzac  .

Sirène aux cheveux d'argent adossée à un croissant de lune

Cela fait, il rentra chez lui , à la côte , et demeura 7 jours sans sortir . Le huitième , il partit , avant le jour , pour Notre Dame de Bétharram , qui est un lieu de dévotion renommé , dans le pays du Béarn . Là,  Bernard-Pêcheur  passa tout un mois a faire brûler des cierges , et à entendre des messes , depuis le lever du soleil  jusqu'à midi . Le soir,  il disait son capelet , jusqu'à l'heure du coucher  .

En rentrant à la côte , Bernard-Pecheur  brûla ses filets  et ses lignes de fond , il ne pêcha plus , et conseilla à ses amis  d'en faire autant . La nuit,  il s'écartait du Gers , car il avait peur  sur un troupeau de sirènes  .

Sirène à la harpe...

  Cette belle histoire vraie a été dictée par feu Cazaux , de Lectourne ( Gers )

                           ( Conte populaire de la Gascogne  en 1886 .)

Jolie sirène en pose sur le rocher...

 Vous croyez les amies que les sirènes existent vraiment ?  on dit qu'elles savent très bien attirer les hommes pour les dévorer, je ne sait pas trop, mais peut-être qu'elles existent vraiment , les hommes sont toujours attirés par la beauté divine , alors pourquoi pas !

                         Gros bisous les amies, il flotte encore, Orléanie

Les sirènes protectrices des bateaux et de leur équipage...