0_dcc52_da38b9a4_orig.jpg

 

                                                        Les souhaits inutiles,

 

 Il était une fois un pauvre cordonnier  que la chance et la vie avait oublié .  Il s'appelait Zaher , " le chanceux " , et était  persuadé  que sa naissance était le fruit d'une erreur , que sa famille  mettait sur le compte du mauvais oeil .

 Mal né, mal nourri , pas aimé ,  il vivait dans une grande solitude  alors qu'il s'était marié avec sa cousine germaine , de cinqu ans plus âgée que lui .

 Celle-ci  considérait d'ailleurs ce mariage  comme un pis-aller , car elle non plus  n'avait pas eu de chance .

 Le fait d'être issue d'une bonne famille , à la réputation irréprochable , n'avait pas suffit  pour lui trouver un mari . Elle disait souvent  que le destin les avait réunis  parce que, ce jour là , il était débordé  et qu'il avait décidé de bâcler son travail . Souvent  de mauvaise humeur , elle n'arrivait pas à calmer sa jalousie  à l'égard de ses petites soeurs , toutes mariées  à des hommes riches et beaux .

 Elle portait  le joli nom de " Bouchra "  celle qui annonce les bonnes nouvelles " .

3b4cdacb6ef07dabe7480c13500ea49e.jpg

 Elle était jolie , vive et assez entreprenante . En dépit du malheur qui les accablait , elle et son mari ,  elle avait toujours dans l'idée  de sortir son couple de la misère .

Evidemment , ils n'eurent pas d'enfants . Cela témoignait  de leur malheur . Zaher  fabriquait des babouches  que lui achetaient les rares étrangers  qui visitaient son village .  Les habitants du lieux , eux , portaient des sandales  en plastique , et la plupart plaignaient " la pauvre Zaher "  de sombrer toujours davantage  dans la tristesse et la mélancolie . On ne pouvait rien pour lui , chacun en était convaincu . On disait " Il n'a pas de chance " , c'est ainsi , il y en a qui crèvent  de trop manger  et d'autres  de ne pas manger du tout ! .

006135840cc2.jpg

le fait qu'une malédiction semblât peser sur sa vie  et celle de Bouchra  rendait Zaher fataliste .  Et s'il lui arrivait d'aller prier  à la grande Mosquée , cela ne l'apaisait jamais . Un jour,  il en sortit en insultant la vie et le monde entier .

 Il faillit perdre la raison  à force de proférer des blasphèmes .  On venait de lui voler ses jolies babouches en peau de brebis . Il décida  de ne plus revenir dans cette mosquée  d'où l'on  repartait souvent pieds-nus .

 Un certain vendredi , il ferma plutôt que d'habitude son échoppe et alla marcher dans la forêt , dans l'espoir d'oublier sa condition .

Il n'y avait personne .  Jour de repos et de prière , ce vendredi - là  était placé sous le signe de la délivrance .  Il décidé de faire des folies  et se mit à fumer de l'herbe .  C'était l'époque ou les artisans  consommaient  volontiers du kif . Zaher  sortit sa longue pipe , s'adossa  contre un arbre et l'alluma .

L'effet  ne tarda pas à se manifester :  il se vit couché  sur un petit nuage  tenu par des anges  et s'envola  ainsi pour des territoires merveilleux .

0_95a93_e51fbd55_XXXL.jpg

Ensuite, il s'imagina  attaqué et assassiné ; il en eut des frissons  et se dit :  " La mort vaut mieux que cette misérable vie " .

 L'effet de la fumée  le plongea  dans un état quasi-inconscience . Malgré tout , il pensa à sa femme  qui l'attendait à la maison  et fut pris de souffrance à l'idée qu'il ne pouvait lui donner  tout ce qu'elle méritait  en tant qu'épouse .

Il n'arrêtait pas de tousser , chait, il n'avait pas l'habitude d'avaler  la fumée de cette herbe . Il se dit :  " Je ne peux même pas m'évader en inhalant un peu de kif ;  je suis maudit , rien ne me réussit . "

 Il marchait lentement  lorsqu'un éclair fendit le ciel .  Levant les yeux , il n'aperçut pas de nuages . Plus d'anges , plus rien .

D'où venait cette éclair  soudain ?  Il entendit le tonnerre . Comment était-ce possible ,  dans un ciel si bleu ?

 Il accusa de nouveau l'herbe maudite : " Je suis foutu , plus rien n'est normal , je suis puni pour avoir fumé cette chose  que tous les artisans  tiennent pour un remontant ."

0_95a9b_d38f75bd_XXXL.jpg

Il entendit une voix et se crut au beau milieu d'une pièce de théâtre  dont l'acteur  principal se serait mis a hurler .

 Il se dit qu'il devait avoir de la fièvre  et que c'était elle  qui lui valait ces hallucinations . Il avait effectivement très chaud , et de la sueur perlait sur son front . Il s'arrêta  de tirer sur sa pipe , s'assit au pied d'un arbre  et attendit  que le tourbillon s'évanouisse .*Bientôt , sa tête cessa  de lui tourner et son rythme cardiaque redevint normal . Mais il était incapable  de se lever  et de rentrer chez lui . Il jura  de ne plus toucher à cette pipe de malheur  qui l'avait mis dans cette état-là .

 Une voix se fit alors entendre :

" Zaher  ! Tu n'es pas une erreur ! Si tu t'appelles Zaher  c'est que la chance te cherche ...  mais tu n'es jamais là  où elle passe . Tout de même , tu devrais être un peu plus malin  et favoriser ce que tu as en toi de bien . "

Il se retourna aussitôt , mais ne vit personne . Il était de plus en plus persuadé  qu'il était victime d'un  accès de folie .

Puis il entendit de nouveau  la grosse voix :

 

                                                              A suivre   ...

0_a4ed9_a977fe42_XXL.jpg

                             Coucou les amies, vous aimez cette belle histoire, ?

                         Je vous raconte la suite, du moins deux pages  dans 1h car je ne peux pas être trop sur l'ordi,  je vais mieux avec mes yeux, et  comme ça ne coule plus en ce moment, j'avais envie de vous raconter cette belle histoire, qui pourrait aussi bien avoir été la nôtre dans les temps antérieurs,

                                   A tout à l'heure, les amies,  bisous,  Orléanie

belles images personnages